{Festival} Aucard de Tours

par - 2.6.15

Le festival Aucard de Tours est le plus populaire de la ville de Tours. Il est organisé par radio Béton depuis 1986 avec des prix très bas : 8 euros la soirée en prévente et 25 euros le pass 5 jours. Cinq soirées de concerts répartis sous 2 chapiteaux.
Chaque année on découvre un nouveau thème qui influe sur le visuel, la déco du site ainsi que les déguisements des bénévoles (et parfois même sur la programmation musicale). En 2014 le thème était : "C'est encore loin l'Amérique ?".
C'est tout simplement mon festival préféré car son tarif est ultra attractif et la programmation est différente des autres festivals qui eux programme toujours les mêmes groupes sans jamais prendre de risque.


{Festival} Aucard de Tours

Bonus : Morgy vous propose un chouette reportage jour par jour de l'édition 2014 !


Mercredi 4 juin

Premier concert de l’édition 2014, The Fucking Butterfly sous le petit chapiteau pour les 3 chanteuses tourangelles accompagnées de leur musiciens. Leur groupe de punk rock garage envoie la sauce, c’est rock and roll et ça fait monter l’ambiance. Un groupe efficace et joyeux pour bien commencer la soirée dans la joie et la bonne humeur. Dommage que je sois arrivé qu'à la moitié du concert.

Enchainement avec le concert de Deportivo, il est 20h45 et les choses sérieuses commencent. C'est un de mes nombreux groupes préférés. Avec son nom de club de foot, le groupe fait du rock, mais en Français s'il vous plait. Après avoir sorti leur premier album légendaire Parmi-eux il y a 10 ans qui les a révélé au grand public, le groupe revient avec un 4ème opus Domino. Le live est énergique et le groupe enchaine les tubes comme La salade, Ivres et débutants, La brise, 1000 moi-même ainsi que les morceaux de Domino comme Dans ta chambre ou Personne n’arrive à l’heure.
Aucun moment de repos pour le public, ça chante, pogote et slam, juste une petite pose avec le titre Pistolet à eau pour souffler un moment avant de finir en hurlant sur le fracassant titre Paratonnerre.
Le rock alternatif  n'est pas mort et c’est tant mieux pour nos oreilles !

Au tour du jeune groupe de rock Vundabar venu de Boston. A seulement 18 ans leur rock assure autant que Les Pixies. Leur premier album se nomme Artics. J’ai eu la chance d’arriver pour mon titre préféré Holy toledo. Des futurs rock stars.

Maintenant le concert sans doute le plus attendu, et pour certains LA tête d’affiche d’Aucard 2014, The Brian Jonestown Massacre, groupe californien de rock indépendant créé au début des année 1990. Le nom du groupe associe Brian Jones, guitariste fondateur des Rolling Stones et  le suicide collectif de Jonestown au Guyana. Le Grand chapiteau est plein et tout le monde est admiratif devant les membres charismatiques du groupe, leur musique alterne le rock énergique et psychédélique mais toujours avec une dose de sensibilité. S’il y a juste un morceau à écouter pour découvrir ce groupe c’est Straight Up And Down.
Pour conclure : un beau moment de pur rock américain.

Une pause pendant Bosco Delray, histoire d’être en forme pour la clôture de cette soirée avec l’électro punk des belges de The subs, idéal pour finir la soirée car avec un groupe pareil pas le temps de penser à dormir, grosse ambiance, ça envoie du gros son avec un show laser et un chanteur fou qui électrise le chapiteau. Il est plus de 2h et la première soirée du festival se termine.

Jeudi 5 juin

Deuxième soirée et moment triste du festival, en aprenant la fin du groupe Fumuj, le festival les a programmé à même le sol sur la plaine de la Gloriette à l’heure de l’apero car la programmation était déjà bouclé sous les 2 chapiteaux. Fumuj, natif de Tours vient faire ses adieux devant un public très nombreux par rapport à l’heure de passage (19h15). Ils font du rock, hip pop, electro, hardore. Et oui tout ça à la fois. Et ça fait du bruit. A noter que c’est l’un des rares groupes à avoir un projet de concert pour les malentendants avec notamment une chanteuse des signes qui traduit les paroles des chansons. Chapeau !

Direction le petit chap' pour découvrir le rock surf des Agamemnonz, c’est instrumental, mais c’est entrainant et sympas à regarder avec leur tenue très decontracté et drôle. Un bon moment pour bien commencer la soirée.

Au tour des bordelais de Odezenne de jouer. Je voulais absolument ne pas les manquer, découverts grâce au morceau Tu pu du cul sur Radio Nova, j’ai ensuite écouté des lives sur le net et je suis vite devenu fan. Je suis pas un grand fan de rap mais ils sont voués à réconcilier le rap avec le public, Odezenne joue avec les mots comme sur le titre Saxophone. C’est innovant, chaque son est travaillé avec quelques riff de guitare, un peu d’electro c’est donc pas seulement du rap mais de la bonne musique, pas non plus du rap plaintif et agressif, des morceaux comme Le plus beau cul du monde ou Je veux te baiser sont là pour détendre et faire sourire. Sur scène le groupe est complice avec les festivaliers et transmet une énergie folle. C’est pas pour rien qu’ils seront dans tous les gros festivals cette année comme les Vielles Charrues.

Après le rap, place au rock avec les News Politics. En écoutant leur album ça fait un peu penser au rock pour ados, mais en live on prend une véritable claque de rock and roll. Peu encore connus en France à cause des grosses radios qui passe toujours la même soupe, ils ont tout de même déjà joué à Solidays et Garorock.
Dès le deuxième morceau le chanteur est déjà debout sur le public, il enchaine les saltos arrières depuis la batterie, saute partout... comment rester passif devant un tel bordel sur scène ? Aucard 2014 c’est fou, l’ambiance est au top et les News Politics affirment sur twitter le lendemain : « Thank you Tours France for an unforgettable night!!! »

Ce soir là le festival affiche complet et Biga Ranx n’y est pas pour rien. Pour une fois la soirée ne se termine pas par de l’électro mais du reggae. Le tourangeau très connu maintenant dans l’hexagone pour son reggae hip pop n’est pas à son premier Aucard. Il est à domicile et il a droit à 1H30 de concert pour faire danser le grand chap'. Un bon moment de fête car c’est pas du reggae lent comme on a l’habitude d’entendre, ça bouge et c’est parfait pour terminé la soirée en beauté.


{Festival} Aucard de Tours


{Festival} Aucard de Tours


Vendredi 6 juin

3ème jour du festival, j’arrive sous le grand chap' pour le groupe Pendentif. La pop française est de retour et ils viennent de sortir en septembre leur premier album Mafia douce. Une chanteuse accompagnée par quatre garçons, des textes en français, une pop sautillante qui donne envie de danser et qui sent bon l’été... Le groupe enchaine sur scène les tubes comme Embrasse-moi et Jerricane. Le synthé donne un petit coté année 80, le public semble attentif et conquis à la fois, la pop française se porte bien !

Changement de style, les suédois de Holograms arrive avec leur post-Punk. On a l’impression de recevoir un coup de pied dans le cul dès le début du concert. Un attentat sonore et le public deviendra complètement fou sur le morceau ABC city, ça pogote sévère. La seule danse possible lors de ce concert est le secoué de tête pendant qu'on s'en prend plein les oreilles. Le groupe peut nous faire penser aux français de Von Pariahs ou carrément à Joy Division. Sans aucun doute le concert le plus chaud et rock de cette édition !

Difficile d’enchainer un autre concert après Holograms malgré la présence des anglais de Murkagequi apparement ont mis le feu avec leur hip pop énergique. J’accroche pas vraiment c’est donc le moment pour moi d’allez manger un truc.
Après avoir repris des forces -et il en fallait pour essayer de rejoindre le petit chapiteau- le show du tourangeau Janski beat commence. De l’électro complètement déjanté, une voix de robot, un univers bien particulier avec une super mises en scènes comme un ours géant à la batterie... Le live devient complétement cinglé avec l’arrivée de lapins géants qui font des slams, la fête bat son plein, les ballons sont de sortie, ils auraient merité le grand chapiteau vu l’ambiance ! Même ceux qui n’aime pas l’électro s’amusent devant le grand n’importe quoi qui se déroule sous nos yeux, il faut le voir pour le croire c’était génial.

Il est 1H et c’est au jeune montpelliérain Joris Delacroix de venir proposer son électro house, c’est plutôt dansant, il a même remixé du Asaf Avidan et Daft Punk. On a eu le droit à son fameux titre Air France. La mélodie est parfois plus calme et envoutante, mais il sait aussi enchainer avec des rythmes entrainants, qui permettent de danser jusqu'à la fermeture du festival. Un bon set live.

Samedi 7 juin

La fatigue commence à ce faire ressentir du coup j’ai été voir moins de concert (je n'ai pas vu Son of Kick, Caiman Philippines ni Funken).
J'ai choisi de me promener sur le site de la Gloriette où de nombreuses animations sont proposés comme le jeu la Mailloche, le but étant de frapper de toutes ses forces pour faire sonner la cloche et déguster un verre de gnôle en cas de succès.

On passe au groupe américain Tijuana Panthers, encore inconnu en France. Ils viennent nous présenter leurs 2 albums, c’est du surf rock style année 60 et c’est super cool. Ils sont trois et adorables sur scène comme en dehors. On s’amuse bien, leur son à un petit coté vintage, mais toujours rock and roll surtout agréable à écouter avec une bière à la main. J'ai eu un vrai coup de cœur pour les morceaux Tony’song et Boardwalk.

Il est plus de 22h quand le rappeur Disiz arrive sur scène devant un public ultra chaud bouillant. Rapidement il interprète le morceau J'pète les plombs, le tube que tout le monde connait (et qui me rappelle les années collège). Ce soir-là il fera tous ses plus gros succès, de l’an 2000 à aujourd’hui. A noter la gentillesse et la patience du rappeur resté plus d’une heure après le concert pour signer des autographes et être pris en photo.

Place à la danse ou plutôt à l’électro pop des toulousains de Hypnolove, encore un moment de fête, notamment sur le titre Mademoiselle chanté à tue-tête par le public. Le reste des paroles sont en anglais avec un rythme allant de l’électro au disco. La musique nous fait penser au soleil à la plage, c’est parfait et le groupe a l’adhésion des spectateurs, dommage que le set à duré moins longtemps que prévu.

Dimanche 8 juin

Dernier jour du festival avec début des concerts exceptionnellement à 16h30, manque de chance c’est la journée la plus chaude de la semaine. Sous le petit chap' c’est soirée techno avec Clara Moto, FKJ, Arno N’Joy, Madben puisSkip&Die. Pour ma part j’ai gardé le reste de mon énergie pour deux concerts sous le grand chapiteau.

Il est 17h30 quand Sugar & Tiger arrive sur scène, un projet familial de Didier Wampas, avec Florence sa chérie, Arnold et Diego ses fils et Jean michel Lejoux des Wampas.
Leur style c’est du pop rock, avec la voix douce de Florence qui contraste avec la guitare punk de Didier Wampas.
Je connais pratiquement toutes les paroles de leur 1er album Télévisage, autant dire que je suis dans mon élément. Le groupe transmet une énergie punk et on a même le droit à deux morceaux des Wampas, Manu Chao et Rimini pour mon plus grand plaisir, ainsi qu’une reprise d'Amadou et Mariam Je pense à toi. Pas de moment de répit pendant le concert, ça joue vite comme un concert des Wampas mais à la sauce féminine et Sugar & Tiger nous prouve qu’ils ont inventé le Pink and roll !

Moment fort du festival, avec la présence du groupe du moment la Femme, leur excellent 1er album Psycho Tropical Berlin a été récompensé d'une victoire de la musique en 2014 dans la catégorie album révélation de l'année.
Le chant en français, des synthé, un style à la fois pop rock et électro nous évoque facilement les année 80. Sur scène le groupe enchaine les tubes comme le très dansant Sur la planche et des morceaux plus calme comme Le blues de Françoise ou encore le très énergique Anti taxi. Le groupe est plein de folie, enchainant sans temps mort les titres géniaux de leur album, une sacré performance devant un public conquis, La femme est belle et bien le groupe majeur de la scène française actuelle.


{Festival} Aucard de Tours


{Festival} Aucard de Tours


La 29ème édition du festival Aucard de Tours se termine avec un record d’affluence, 3 soirs complet sur 5 et plus de 20 000 festivaliers. L’an prochain ce sera l'édition des 30 ans et ça risque d’être un sacré événement avec toujours plus de bons concerts alliant têtes d’affiches et découvertes avec une ambiance toujours aussi festive !

Les photos ont été prises par HiddenJnks, retrouvez-la sur son Flickr.


On s'y retrouve cette année ?

Vous aimerez aussi

2 commentaires

  1. La Femme a Aucard l'année passée, je n'aurais pas manqué ça ! Ce qui est bien dans ce festival (hormis tous les points positifs que tu as cité), c'est qu'on peut s'y rendre sans vraiment avoir pris connaissance de la prog'. Les soirées sont toutes assez éclectiques et l'ambiance est vraiment relax ! Et pour le prix, s'asseoir dans l'herbe en écoutant de la musique toute une soirée avec des copains, on ne peut pas le regretter :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement je n'y étais pas, seulement Morgy ! Mais cette année on y va à deux et pour tout t'avouer, je n'ai pas vraiment fait attention à la prog ;)

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour que vous n'ayez plus de code Captcha a entrer. Ils sont validés le plus rapidement possible.