Suivez-moi sur Instagram @carodels

lundi 26 septembre 2016

{Film} A girl like her

26.9.16 0 Comments
Je ne regarde que très peu de films, parce que je préfère les séries, mais il y a peu, je suis tombée sur A girl like her sur Netflix, un film sur le harcèlement. Je l'ai ajouté à ma liste à voir pour quand j'aurai un creux, puis j'ai vu sur Instagram qu'une amie l'avait vu et le recommandait fortement. Alors j'ai décidé de le regarder, d'abord du coin de l’œil avec le PC sur les genoux, puis j'ai été complètement happée. 

{Film} A girl like her

Je vous mets le synopsis Allociné avant de vous en parler plus en détail :
Jessica Burns, 16 ans, a un secret qu'elle ne partage qu'avec son meilleur ami : depuis un an, elle est brutalisée par une ancienne amie, devenue la fille la plus populaire du lycée. Aidée de son ami, Jessica va filmer une des attaques dont elle est victime et révéler au grand jour la véritable personnalité de sa harceleuse. 

Personnellement, je trouve que ce synopsis ne résume pas vraiment le film. On a un peu l'impression que Jessica se rebelle contre sa harceleuse et parvient en quelque sorte à se venger. En tout cas, c'est ce que j'avais compris en lisant le synopsis sur Netflix. Mais en fait, ce n'est pas du tout ça.

Le film est tourné comme un documentaire avec trois sortes d'images différentes : la caméra de son meilleur ami, la micro caméra que portera Jessica pendant 6 mois et celle de journalistes venus dans le lycée. Je pense que c'est cette forme qui rend le film si "vivant". Enfin, pas vivant, mais peut-être plus réel ? Je ne sais pas trop comment le qualifier, mais les acteurs ont un jeu si juste, qu'on en oublie presque qu'il s'agit d'un film, on a l'impression que c'est un vrai documentaire sur un vrai lycée, avec de vrais gens... Tellement que ça m'a retournée l'estomac.

Le thème en lui même est délicat et mérite qu'on le traite avec justesse. Le harcèlement scolaire est quelque chose de grave auquel on ne fait pas toujours attention. Qui ne s'est jamais moqué de quelqu'un ? Moi même, je me souviens de chansons, d'insultes... J'ai chanté avec mes camarades des chansons pas sympas du tout à d'autres qui n'avaient rien demandé, sans me dire que c'était méchant et que je blessais la personne en face. J'ai reçu des insultes de la part d'autres élèves (je repense souvent à un message sur le répondeur du fixe à la maison où des élèves de mon collège que je ne connaissais même pas m'insultaient : "t'es conne, tu pues, t'es moche" en boucle...). Je n'ai pas vécu de harcèlement prolongé et répété, je n'ai pas harcelé non plus, mais depuis que je suis adulte, je me suis rendu compte que toutes les piques que j'ai pu lancé à untel ou untel pour suivre les autres et bien ce n'était pas forcément sans impact. Et ce n'était certainement pas quelque chose à faire. Ce serait bien que ça rentre définitivement dans nos petites têtes et surtout le plus tôt possible.

Bref, je dérive un peu du film. Celui-ci est un peu parti dans les clichés : la harcelé est timide, réservée, n'a qu'un seul ami et la harceleuse est la blonde populaire du lycée. Ce qui change un peu, c'est qu'on voit "l'envers du décor" de la vie de la harceleuse. Du coup, au bout d'un moment, on la déteste un tout petit peu moins.

En tout cas, c'est un film que je ne peux que recommander, pour le thème, le jeu des acteurs et le message que l'on peut en retirer. Vraiment c'est pour moi aujourd'hui le meilleur que j'ai pu voir sur le sujet.
 

vendredi 23 septembre 2016

Au poil ! - Klaire fait Grr

23.9.16 0 Comments
Voici une lecture bien plus légère que ma précédente (Chroniques d'un médecin légiste pour rappel) avec un livre sur les poils. Oui, vous avez bien lu, les poils. Je suis déjà fan de la chanson du groupe Java alors un livre sur les poils, il fallait que je le lise aussi. Klaire fait  Grr a donc fait ça pour nous et a écrit le livre Au poil !

Au poil ! - Klaire fait Grr

J'ai beaucoup rigolé en le lisant car ce livre est un condensé d'humour. Pas besoin de réfléchir pour le lire, d'ailleurs, il se lit très rapidement. Et même après l'avoir terminé, n'hésitez pas à replonger dedans de temps en temps, en l'ouvrant au hasard. Voilà vraiment un livre que je vous conseille pour ne penser à rien (ou juste aux poils) et surtout pour rire un bon coup. Parce que quand même, il faut avouer que les poils nous mènent la vie dure...

Le résumé :
Le livre le plus drôle jamais écrit sur le poil !
Comment s’épiler avec un ouvre-boîte et un reste de vin de blanc ? Comment Jeanne d’Arc a-t-elle failli révolutionner l’épilation du maillot en ticket de métro ? Comment cacher ses repousses en se scotchant des moufles sous les aisselles ? L’épilateur électrique est-il une invention du Malin ? Et surtout : quelle grosse boulette ont bien pu faire les femmes pour MÉRITER ÇA ?
Autant de questions auxquelles cet ouvrage se propose de livrer des réponses fascinantes, grâce à une enquête en eaux troubles, entre bandes de cire perverses et pinces à épiler fantômes.
INCROYABLE : LA LECTURE DE CE LIVRE FAIT TOMBER LES POILS !* 
(* Enfin, à condition de s‘épiler en même temps.) 

En prime, je vous mets la chanson de Java, des fois que vous ne la connaissiez pas. Enjoy !

lundi 19 septembre 2016

Une journée sur l île Saint Nicolas

19.9.16 0 Comments
L'île Saint Nicolas fait partie de l'Archipel des Glénan, situé au large de Fouesnant. On retrouve 9 îles principales et de nombreux îlots dans cet Archipel. Pour vous y rendre, il faudra prendre le bateau. Nous avons opté pour la traversée avec les Vedettes de l'Odet. Pour 35€ par personne (et 7€ pour le chien), nous avons eu l'aller-retour Bénodet - Île Saint Nicolas. On a pris le bateau à 10h30 avec un départ de l'île à 17h30 (il faut compter une bonne heure de trajet), on a donc pu passer la journée sur l'île.

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

Il est impossible de séjourner sur les Glénan, le camping y est interdit, mais il y a un gite sur l'île Saint Nicolas. Sinon, si vous faites un stage de voile ou autre sport nautique, vous aurez l'occasion d'y séjourner, grâce à l'école de voile Les Glénans. Oui, seule cette école possède le "s" à la fin, lorsqu'on parle des îles il n'y en a pas !

Nous n'avions pas organisé grand chose pour notre journée sur l'île, surtout qu'on s'y est un peu pris au dernier moment, mais vous pouvez pas mal d'activités à faire sur l'Archipel. 
Pour l'île Saint Nicolas, niveau promenade, c'est rapidement fait, si l'île fait 21 hectares, vous n'aurez que 2km à marcher pour en faire le tour. Pas de quoi faire une méga randonnée quoi. Par contre l'île est propice à la baignade. Vous aurez le choix entre plusieurs plages présentant une eau transparente. J'ai bien pu en profiter en faisant du snorkeling, c'est à dire l'exploration avec masque, tuba et palmes. Je m'étais offert un masque et tuba pour 7.99€ à Décathlon pour l'occasion. Et j'ai adoré cette pratique ! Bon, j'ai aussi découvert qu'au dessus des grosses algues qui cachent le sable, je panique, mais dans les zones avec moins d'algues, j'étais tout à fait à l'aise ! J'ai pu e profiter pour observer quelques poissons et j'ai trouvé ces moments passés dans l'eau très relaxants ! (En dehors des grosses algues quoi ! Haha)


Ce que j'aurai beaucoup faire, c'est une balade en canoë d'îles en îles. Je pense que c'est le meilleur moyen de découvrir l'Archipel des Glénan et de profiter un maximum de l'endroit. Je pense aussi qu'on s'offrira ce genre de sortie dans le futur ! 

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

Une journée sur l'île Saint Nicolas archipel des Glénan

vendredi 16 septembre 2016

Chroniques d un médecin légiste - Michel Sapanet

16.9.16 3 Comments
Je ne vais pas vous parler d'un seul livre, mais de deux. Il s'agit des Chroniques d'un médecin légiste et Les nouvelles chroniques d'un médecin légiste, de Michel Sapanet. J'ai eu envie de lire les deux avant de vous en parler sur le blog. Mais il y en a également un 3ème que je compte acquérir sous peu, histoire de tout savoir ! Vous comprenez donc que si je compte acheter la suite, c'est que les deux premiers m'ont plu. 

Chroniques d'un médecin légiste - Michel Sapanet

Michel Sapanet est un vrai médecin légiste. Et il nous raconte son métier dans ses livres. Alors oui, dit comme ça, ça peut faire peur. Parce que ce n'est pas comme les livres de fiction quoi... Mais en fait, j'ai trouvé les deux premiers tomes passionnants. J'ai adoré découvrir comment Michel Sapanet est devenu médecin légiste et ses histoires sont bien souvent racontées avec une pointe d'humour.

Certaines scènes ne sont vraiment pas terribles (je maudis mon imagination un peu trop imaginative qui me fait tout visualiser), dans le premier il y a une histoire que je n'ai pas réussi à terminer, mais ces détails n'en font pas un livre à fuir pour autant. Bien sûr, je pense quand même qu'il ne faut pas être ultra sensible. Mais découvrir toutes ces histoires et leurs dénouements, moi, ça m'a bien plu.

Pour ne rien gâcher à tout ça, Michel Sapanet travaille au CHU de Poitiers. Et comme j'ai vécu à Poitpoit, les lieux auxquels il fait référence me parlent. J'ai beaucoup appris grâce à ces deux livres sur la médecine légale et je ne peux que vous les recommander !

Je vous laisse avec le résumé du premier livre :
On tue en France, tous les jours, toutes les heures. Les faits divers envahissent les journaux, les séries télévisées autour de la médecine légale prolifèrent : les histoires criminelles, réelles ou fictives, exercent sur le public une fascination sans borne.
À la suite de Michel Sapanet, médecin légiste, nous voilà sur le terrain, sur les lieux du crime et dans l'intimité des victimes. Sa vie, c'est la mort. Égorgés, poignardés, étranglés, pendus, noyés, tués par balle, tous finissent par parler. Sur sa table en inox, avec un immense respect, le légiste leur inflige l'ultime violence, celle de l'autopsie. Exploration des boîtes crâniennes, inspection des chairs mortes, ouverture des cœurs, voici le quotidien extraordinaire d'un homme ordinaire.
Quelle vérité enferme ces corps anonymes, bien souvent méconnaissables ? Au médecin légiste d'aller la chercher.
Suicide déguisé, sombre accident de chasse ou infanticide inexplicable, le docteur Sapanet passe en revue les nombreuses affaires criminelles survenues ces dernières années dans la région poitevine. Avec humour, il nous propose une plongée en apnée dans l'univers captivant de l'autopsie, et accomplit cet art insolite de faire parler les morts.

mardi 13 septembre 2016

A la vie à l Armor - {Live} Les Fatals Picards

13.9.16 0 Comments
Cela fait déjà quelques mois que j'ai vu mon dernier concert des Fatals Picards puisque c'était à l'occasion de la fête de la musique à Quimper. Comme j'adore ce groupe, que ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu en live, qu'ils venaient dans ma ville et que c'était en plus gratuit, j'ai sauté sur l'occasion !

A la vie à l'Armor - {Live} Les Fatals Picards

La venue du groupe pour la fête de la musique a un peu fait polémique, parce que c'était la toute première fois qu'un groupe professionnel venait à Quimper pour cet événement. Beaucoup n'ont pas compris que la mairie soit prête à mettre le prix dans un groupe alors qu'il y a beaucoup de groupes plus ou amateurs dans le coin et en plus, ça tombait au mauvais moment avec la fermeture du Quartier. Mais je ne compte pas parler politique ni m'engager sur le terrain glissant de cette polémique ! Je regrette juste les commentaires plein de venin à l'encontre du groupe (qui n'avait rien demandé) que j'ai pu lire sur le net et même dans un quotidien quimpérois !

A la vie à l'Armor - {Live} Les Fatals Picards

Toujours est-il qu'au milieu d'un public éclectique, les fans du coin étaient au rendez-vous ! Les Fatals Picards sont un groupe de scène et même si c'était quelque chose comme la 10ème fois que je les voyais, j'ai encore adoré !

Si vous aimez la musique, si vous aimez l'humour, alors les Fatals Picards sont faits pour vous ! Écouter leurs chansons est déjà un bon moment à passer, les voir en live est encore mieux et c'est vraiment quelque chose que je vous conseille si jamais le groupe passe pas loin de chez vous.

Et en tant que bretonne pas si susceptible que ça, je ne peux qu'adhérer à leur chanson A la vie à l'Armor. En plus, ils ont raison, dans tous les concerts, il y a toujours un c** avec un drapeau breton. Le titre est le premier de leur album à venir !


vendredi 9 septembre 2016

Bye bye les soutiens-gorge !

9.9.16 20 Comments
Depuis fin mai je ne porte plus de soutien-gorge. Donc voilà, ça fait 3 mois que j'ai évincé ce sous vêtement de ma garde robe. Comme il s'agit d'un vêtement ultra commun, je me suis dit que partager mon expérience pourrait vous intéresser. C'est d'autres blogueuses qui m'ont convaincue de sauter le pas et leurs témoignages m'ont aidée, alors pourquoi je ne vous aiderai pas aussi ?


Bye bye les soutiens-gorge !

Depuis quasiment toujours, je me dis que si je n'avais pas de poitrine, je ne porterai pas de soutien-gorge. Parce que ça sert, les bretelles sont moches, ça fait des marques, quand tu portes un dos nu c'est moche, les baleines qui décident de sortir et de te percer la peau font un mal de chien... Bref, je n'ai jamais vraiment aimé ce truc. Mais avec un 90/95D (ça dépendait des jours et  des marques), je pensais que me passer de soutien-gorge était impossible. Surtout que lorsqu'on lit des commentaires sur le sujet, les nanas disent toujours qu'au dessus d'un bonnet B c'est impensable de se passer de soutien-gorge.
Mais j'ai fini par me prouver le contraire.

J'ai donc lu plusieurs articles expliquant pourquoi se passer de soutien-gorge. Je vous conseille tout particulièrement celui de Freyja by Daisy, qui m'a totalement convaincue. Outre les questions de confort, il y a aussi le fait qu'au final, porter un soutien-gorge n'empêche pas la chute des seins, au contraire. Et puis surtout, cela augmente le risque du cancer du sein. Parfois aussi, je ressentais une douleur aux seins lorsque je les libérais en fin de journée, chose qui ne m'arrive plus du tout depuis que je n'en porte plus. 

Bien sûr, j'ai longtemps eu "peur" du téton qui pointe. Ça m'arrive de temps en temps. Mais je ne crois pas que les gens me regardent plus qu'avant. Je ne sais pas si les personnes que je croise remarquent que je ne porte plus de soutif, si mes tétons pointent ou non... D'ailleurs, je ne regarde pas ça non plus chez les autres femmes. Au début, j'y faisais un peu plus attention, mais je crois que ça n'a duré que 2 ou 3 semaines. 

Dans certaines situations, j'ai remplacé le soutien-gorge par d'autres vêtements. Si le tissu est trop léger, trop transparent, le t-shirt trop décolleté... De plus, ces vêtements permettent une transition vers le fait de ne plus rien porter. J'avais déjà pas mal de caracos et ceux-ci se révèlent top : fins et agréables. Je les porte principalement sous mes hauts qui sont un peu transparents. J'en ai des noirs, blancs et chairs.

A part les caracos, j'ai acheté deux bandeaux : un noir et un chair (j'avais déjà un noir en stock). Eux, je les porte en cas de décolleté trop important et le chair sous mes hauts blancs. Et à côté de tout ça, je plaide aussi coupable dans l'achat de quelques bodys... Parce qu'avoir de la belle lingerie, ça donne quand même envie et le chéri est loin d'être contre. Je ne les ai pas portés cet été (trop chaud !) mais je pense en user cet hiver. Et pour le sport, j'ai aussi quelques brassières !

Mon bilan de ces trois mois sans soutien-gorge est vraiment positif. Si j'y faisais vraiment attention les premières semaines, maintenant, c'est tout naturel. Je ne me sens plus toute serrée, mais vraiment à l'aise dans mes vêtements ! Je n'ai pas les seins qui bloblotent dans tous les sens ni la moindre douleur (ouai, même pas pendant les phases du cycle menstruel qui auparavant me faisaient mal). Je n'ai eu aucune remarque de mes proches, aucune remarque dans la rue... Ça ne se remarque pas quoi !

Bref, si vous pensez à quitter vos soutiens-gorge, quelque soit votre taille,
je ne peux que vous encourager à le faire !

dimanche 4 septembre 2016

Saint Nic

4.9.16 0 Comments
Saint Nic est une jolie commune située au sud de la presqu'île de Crozon, donnant sur la baie de Douarnenez. On a eu envie d'y aller après être passé devant en voiture : on rentrait d'une balade à Crozon et sur la route, on a remarqué que le paysage au niveau de Saint Nic semblait tout aussi joli. Du coup, on a programmé la prochaine balade à Saint Nic.

Saint Nic - Finistère (29)

Avec 3.5km de côte rien que sur la commune, elle incite vraiment à la balade. Mais si vous préférez vous reposer sur la plage, vous pourrez le faire à loisir grâce aux deux plages qui n'en font plus qu'une très longue et large à marée basse. 

Pour les randonneurs, on retrouve également quelques circuits comme le circuit des fontaines ou celui du Menez-Hom qui font tous les deux 11km. De notre côté, on a seulement opté pour longer les deux plages (en prenant le sentier à l'allée puis en traversant les plages au retour), puis nous sommes montés jusqu'à la petite maison de la pointe Tal ar grip. Pour l'anecdote, sur Instagram cette pointe est nommé sur la géolocalisation "Talagrip", ce qui m'a fait sourire... Pour y accéder, notez toutefois que vous devrez monter un super escalier bien pentu... qui fera travailler vos cuisses ! Si vous avez un chien qui tire (et qui est très pressé d'aller se baigner), attention à la descente ! Oui oui, c'est du vécu.

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)

Saint Nic - Finistère (29)