Le droit de ne pas aimer

par - 14.4.16

Si tu n'as rien de gentil à dire, alors tais-toi.

J'ai l'impression que cette petite phrase est devenue le crédo de tous. Lorsque je me balade sur les blogs ou les réseaux sociaux, il m'arrive souvent de me dire "Ça, je n'aime pas". Mais je ne commente pas. Parce que non, ce que j'ai à dire ne sera pas gentil, alors oui, je me tais. 
J'observe souvent ça sur Instagram, une nana va poster un look et une de ses imprudentes abonnées va oser dire qu'elle n'aime pas le pantalon. Ô malheur à elle ! Si la dame au look ne daignera pas répondre à un tel affront, ses fans hystériques s'en chargeront. La malheureuse se retrouvera baignée de commentaires haineux (parfois même jusqu'à son propre compte), comme quoi elle ne sait pas s'habiller, devrait se regarder avant de critiquer les autres, est une gamine et j'en passe. Elle aura même le droit à quelques insultes au passage, sinon ce n'est pas drôle. Et tout ça pourquoi ? Oui, juste pour avoir dit "Je n'aime pas."

Le droit de ne pas aimer

Alors je m'interroge, aujourd'hui a-t-on encore le droit de ne pas aimer ?

Oui, mais il faut que la critique soit constructive me direz-vous. Je ne suis pas contre, car certains abusent et portent alors le joli nom de troll. Mais ce que je déplore c'est qu'il n'y ait plus de distinction entre troll et simple avis. Si on n'aime pas quelque chose sur le net, il faut argumenter, déplier un tapis d'excuses ou enrober le tout dans "Je ne porterais pas ce pantalon parce que le bleu ne me va pas mais waouh à toi il va trop bien tu es superbe !". Voilà.

Le droit de ne pas aimer

Imagine, tu vas au restaurant et le serveur te propose le plat du jour : truc muche en sauce de champignons. Tu déclines : "Je n'aime pas les champignons". Et paf! à ce moment, toutes les tables autour de toi se retournent et t'accablent : "Mais ne venez pas manger ici alors !" "Vous êtes bêtes, vous ne connaissez rien aux bons repas !" "Apprenez à cuisiner !!". Vous voyez l'idée quoi. 

Je suis chiffonnée.

Parce que parfois, j'aimerai bien pouvoir dire que je n'aime pas sans avoir à tomber dans les explications foireuses ou l'hypocrisie. Du coup, je passe seulement mon chemin, je ne dis rien. J'aimerai bien que les gens qui me suivent me disent quand elles n'aiment pas ce que je fais. Parce que tant qu'on ne me dit rien, je prends ça pour un "Oui, vas-y, c'est cool, continue." Alors que beaucoup doivent être comme moi, ne rien dire est plus facile.

Alors, aujourd'hui, a-t-on le droit de ne pas aimer ?

Vous aimerez aussi

8 commentaires

  1. C'est compliqué, le problème avec les blogs et les réseaux sociaux, c'est qu'il y a des opinions qu'elles soient positives ou négatives qui ne sont pas argumentées. J'aurai tendance à dire aussi c'est le problème de l'écrit, tout ce qu'on écrit peut être bien ou mal interprété alors qu'à l'oral il y a le ton. De toute façon, n'hésites pas à donner ton opinion du moment que tu ne dénigres personne.Après il y a parfois des moments où quand tu ne donnes pas ton avis, c'est que soit tu n'aimes pas soit tu t'en moques (ou qu'on n'a rien à dire). Donc dire qu'on n'aime pas c'est aussi éviter de rentrer dans des débats sans fin. En fait, les personnes n'aiment pas qu'on ne soit pas de leur avis.
    Bisous à toi!
    https://lachambreroseetnoire.wordpress.com/2016/04/13/adamas-maitre-du-jeu-de-laurent-ladouari/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, on accepte direct un compliment sans arguments, mais une critique sans, non. Je ne dis pas qu'il faut en venir à tout critiquer, mais j'aimerai pouvoir dire à une blogueuse sur instagram que je n'aime pas son pantalon sans que 50 de ses fans ne vienne me traiter de tous les noms, de gamine, de jalouse et viennent jusque sur mon compte critiquer mes photos et même me signaler pour qu'il soit supprimé. Je ne l'ai pas vécu, mais je l'ai vu tellement de fois que j'ai l'impression qu'on ne peut plus ne pas aimer et le dire quoi...

      Supprimer
  2. C'est très vrai ce que tu dis...
    Par contre j'ai l'impression que c'est de plus en plus comme ça dans la vraie vie aussi, quand je vais au resto et que j'ai quelque chose à dire sur un plat, je le dis, en me disant que je ne suis pas forcément la seule à penser ça. Et si certains sont contents, car ça les aide à réfléchir sur leurs menus et sur ce qui plaît ou pas, d'autres ont eut un peu le même genre de réactions que tu décris, l'air de dire "je me fous de ce que tu penses, si tu n'aimes pas ne viens pas ici". Et c'est dommage je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la "vraie vie", je n'ai pas trop encore vécu ça, mais c'est vrai qu'en général, on a l'impression qu'on ne devrait qu'aduler les gens... Alors que la critique négative peut vraiment aider à se construire quoi ! Mais face aux réactions disproportionnées, on n'ose plus.

      Supprimer
  3. c'est très intéressant de soulever cette question...merci Caro pour cet article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, merci pour ta lecture et ton commentaire =)

      Supprimer
  4. C'est vraiment compliqué de dire que l'on n'aime pas et pourtant j'en meurs d'envie souvent. Par peur de blesser, d'être mal interpreté tout comme toi, je passe mon chemin, mais je ne devrai pas =( Enfin ça ne m'arrive que pour les relations écrites, car en face à face, ça sort tout seul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En face à face c'est tellement plus facile ! A l'écrit, ça reste, c'est décontextualisé, c'est décortiqué, analysé, interprété de 1000 façons qu'on en arrive parfois à ne plus savoir ce qu'on voulait vraiment dire au départ.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour que vous n'ayez plus de code Captcha a entrer. Ils sont validés le plus rapidement possible.