Suivez-moi sur Instagram @carodels

dimanche 29 mai 2016

J ai testé : reprendre mes études

29.5.16 5 Comments
Il y a un an, j'étais en plein dans les démarches administratives pour reprendre mes études. Le déclic fut assez simple. Au début de l'année (il me semble même que j'avais commencé en fin d'année précédente), j'ai suivi une "formation" qui n'en n'était pas une, pour choisir que faire de ma vie. En gros, c'était un truc avec des partenaires de Pôle emploi pour aider à trouver une reconversion et nous aider dans les démarches.

Après avoir refait pour la 100ème fois mon CV (aucun prestataire ne veut le même modèle), j'ai répondu à une dizaine de tests sous forme de questionnaires pour connaitre mes préférences, mes domaines de prédilection et mes qualités (entre autres), la dame qui s'occupait de tout ça ne m'a pas du tout poussée à la reconversion, mais à la création de mon entreprise. Du coup, de janvier jusqu'avril environ, j'ai bossé sur ça, j'ai cherché des aides, j'ai contacté tous les gens possibles, mais je me sentais si seule... J'étais vraiment dans le doute, je me suis mise à pédaler dans la semoule... Et puis voilà, j'ai vu une photo sur Instagram parlant du CRPE (le fameux concours pour devenir prof des écoles) et je me suis dis : "Pourquoi pas moi ?"

J'ai testé : reprendre mes études

Je me suis donc lancée dans les recherches sur les modalités pour passer le concours, puis celles pour s'inscrire en master MEEF et donc enfin, celles pour reprendre les études. Je dois avouer que j'ai été bien plus efficace pour ça que pour créer ma potentielle entreprise !

Je me suis préinscrite à la fac donc, en parallèle, je contactais ma conseillère Pôle emploi et le service de reprise d'études de la fac. J'ai reçu un devis de ma fac de 4000€ pour les frais pédagogiques, j'ai donc envoyé une demande de financement au Conseil Général qui quelques semaines plus tard m'a offert de financer 3000€. C'est à ce moment, que j'ai appris que la fac demande beaucoup dans l'espoir d'avoir beaucoup, mais que si jamais on n'a pas d'aide pour financer les frais pédagogiques, ce ne sera au final "que" 150€ à sortir de sa poche. Au final, j'ai eu à payer les frais d'inscription (256€ il me semble) et là, j'ai regretté ma jeunesse de boursière !
A côté de tout ça, financièrement, je touchais le RSA. Mais avec ce nouveau statut d'étudiante (enfin, en vrai je suis adulte en formation continue), je n'avais plus le droit à rien. Pas d'indemnisation de Pôle emploi non plus, puisque mes droits se sont terminés avant tout ça. Mais par la suite, on a eu des APL et depuis janvier, on a le droit à un peu de prime d'activité parce que chérichou travaille pour deux. 

Sinon, pour arrêter de parler argent, on va un peu revenir sur les études. J'appréhendais un peu la rentrée, je me demandais dans quoi j'allais tomber. Ma fac est vieille et pas du tout adaptée, au 3ème étage il y a des feuilles A4 notées "amiante inerte, ne pas percer", on a de la moquette jusqu'au plafond ou de vieilles tapisseries... Bref, c'est pas forcément l'endroit qui donne envie. 
J'ai été surprise de découvrir énormément de gens en reprises d'études tout comme moi. Je ne pensais pas en trouver autant, mais je crois que la branche que j'ai choisi fait partie de celles qui attirent beaucoup. Du coup, le brassage est fort, les plus jeunes sortent de la licence du haut de leur 21 ans et après, je crois que ça montait dans la quarantaine. 

Côté cours, j'ai eu un peu de mal à me remettre dans le bain. Les horaires qui changeaient tout le temps (parfois, on a eu jusque 5 versions de l'emploi du temps pour une seule semaine) n'aidant pas à s'organiser. Et encore, j'ai la chance de ne pas avoir d'enfants ! Le plus dur je pense, c'était de devoir travailler en rentrant à la maison. Quand j'avais du boulot, une fois rentrée, c'était fini, c'était du temps pour moi. Mais avec les études, c'est plus pareil, entre les cours, faut quand même bosser. Surtout quand on prépare un Master en plus d'un concours. Donc oui, pour moi, c'était le plus dur tout au long de l'année. J'ai quand même pu garder du temps pour moi, même si j'ai du faire des choix : j'ai privilégié passer du temps avec mon chéri, mon chien et regarder des séries et choisi de mettre mes blogs en pause. 

Aujourd'hui, j'ai validé mon premier semestre, j'ai terminé les examens du deuxième, j'ai réussi la première étape du CRPE et je prépare donc les oraux ! Je pense que cette année n'aura pas été une perte pour moi, bien au contraire et je suis ravie d'avoir repris mes études !

jeudi 5 mai 2016

Névez

5.5.16 0 Comments
Un après-midi de semaine où nous étions libres tous les deux et où le soleil était au rendez-vous a été prétexte à une vraie randonnée plus longue que les simples balades hivernales. Nous avons choisi de rouler jusqu'à Névez, dans le sud du Finistère. A la base notre premier choix était d'aller à Morgat, mais c'était plus loin et quand j'ai bouchonné au premier rond-point, j'ai eu la flemme de traverser tout Quimper (vu que j'habite sur le sud de la ville, aller se balader au sud semble plus pratique).
Névez se trouve entre Concarneau et Pont-Aven et donc plus largement, entre Quimper et Lorient. C'est un endroit idéal pour la randonnée avec un superbe sentier côtier qui surplombe tantôt des plages de sables fin, tantôt de belles falaises. 

Névez

Névez

Névez

Névez

Névez

Névez

Névez

Névez

Névez

Nous sommes partis en face de l'île de Raguenez, toute petite, toute mignonne. On aperçoit au loin la pointe de Trévignon et son château. Plus loin, nous sommes arrivés sur la plage de Tahiti. Je l'imaginais un peu plus "waouh" vu son nom, mais elle n'a rien à envier aux plus jolies plages bretonnes. En plus, un chouette totem gravé dans un arbre veille sur la plage. 
On a marché jusqu'à l'anse de Rospico où quelques personnes se baignaient et où l'on a profité pour rafraichir un peu Iroise dans l'eau. D'ailleurs, moi aussi j'aurai bien aimé piquer une tête ! Mais je n'étais pas équipée pour et puis on évite les plages de baigneurs avec Iroise, surtout lorsqu'elles sont interdites aux chiens.
On a beaucoup aimé la balade, au final il y avait très peu de monde, le sentier était assez varié et la vue toujours aussi belle !

dimanche 1 mai 2016

La Torche au printemps

1.5.16 2 Comments
Dans le sud Finistère, au printemps, il y a un bien joli spectacle à découvrir à la Pointe de la Torche. En effet, plus de 30 hectares de jacinthes et 10 hectares de tulipes fleurissent chaque année. La fête des fleurs est un excellent prétexte à la promenade au milieu de jolies couleurs. 
De plus, chaque année, une exposition et une structure en mosaïque de fleurs est crée à la Torche. Cette année, c'était la cathédrale de St Petersbourg en Russie. Des randonnées sont également organisées et il y a même un petit train ! En bref, tout est fait pour nous faire découvrir la Pointe de la Torche d'une nouvelle façon.
Et après avoir gambadé dans les fleurs, on n'est plus qu'à quelques pas de l'océan, c'est donc une double joie d'y aller se promener !

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe

La pointe de la Torche au printemps fête des fleurs jacinthe tulipe